• <bdo id="ssrj8"><strong id="ssrj8"><thead id="ssrj8"></thead></strong></bdo>

    <bdo id="ssrj8"></bdo>
    <bdo id="ssrj8"><strong id="ssrj8"><thead id="ssrj8"></thead></strong></bdo>
    1. <bdo id="ssrj8"><dfn id="ssrj8"></dfn></bdo>
      <tbody id="ssrj8"><div id="ssrj8"></div></tbody>
      <tbody id="ssrj8"></tbody>

    2. <menuitem id="ssrj8"><optgroup id="ssrj8"><thead id="ssrj8"></thead></optgroup></menuitem>
      <track id="ssrj8"><source id="ssrj8"></source></track>
      Accueil>La Chine à la loupe

      Le développement industriel du bourg de Zhili

      2019-04-03 11:21:00 Source:La Chine au présent Auteur:ZHANG XIAO
      【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
      法语词典

      Vue nocturne sur la petite ville de Zhili

       

      ZHANG XIAO, membre de la rédaction

      Le bourg de Zhili se situe dans la ville de Huzhou, dans la province du Zhejiang. Il compte 450 000 habitants pour une superficie de 25 km2. Près de la rive sud du lac Taihu, dans la rue qu’on appelle la rue des palanches, on trouve le plus grand conglomérat de l’industrie de vêtements pour enfants de Chine. Autrefois connu pour sa pauvreté, Zhili est désormais un bourg charmant.

      La grande industrie des vêtements pour enfants

      à Zhili, l’industrie des vêtements pour enfants est un secteur clé. Les rues regorgent de boutiques d’habits pour enfants en tous genres. Selon les statistiques, à l’échelle nationale, la moitié des vêtements pour enfants est produite à Zhili. Pourtant, rien ne portait à penser qu’un tel commerce se développerait dans la rue des palanches.

      Au début des années 1980, les habitants de Zhili avaient coutume d’utiliser des palanches pour transporter des taies d’oreiller brodées, des bavettes pour bébés et plein d’autres petits articles confectionnés à la main qui se vendaient dans les rues. C’est de là que la rue des palanches tient son nom.

      Dans les années 1990, Zhili était connu dans tout le pays pour son industrie du vêtement pour enfants. Mais petit à petit, certaines faiblesses sont apparues, à savoir le dispersement des commer?ants et la faible professionnalisation du marché. Le développement de l’industrie s’en est trouvé ralenti, le plus urgent était donc d’établir une grande plate-forme. En 1996, la Cité des vêtements pour enfants de Zhili, qui comptait alors 900 boutiques pour une superficie de 140 mu (un mu = 1/15 ha), a ouvert ses portes. Avant l’ouverture de cette cité, seuls 20 % des commer?ants étaient déjà installés sur cette zone située à 4,5 km du centre.

      Afin de redynamiser l’industrie du vêtement pour enfants, le gouvernement de Zhili a mis en place des mesures importantes : fermeture des points de vente situés dans le vieux centre et professionnalisation du marché grace, notamment, à la fondation d’un centre de recherche et de développement destiné à renseigner les commer?ants sur les dernières évolutions du marché : quelles sont les dernières tendances ? Quels produits se vendent très bien ? Des informations essentielles pour tout commer?ant.

      En octobre 1997, la Cité des vêtements pour enfants a ouvert ses portes pour la seconde fois. D’après Zhang Xiaoyun, un des premiers commer?ants de la cité, la superficie du nouvel espace de vente représentait le double de celle de l’année précédente, avec un loyer qui ne représentait que 70 % de l’ancien ; en un an, le nombre de clients a atteint un millier.

      Entre 1996 et 1997, les 900 boutiques ont trouvé des locataires et la cité est devenue le plus grand lieu de vente de vêtements pour enfants de l’est de la Chine. Grace à cette immense plate-forme, l’industrie du vêtement pour enfants de Zhili entrait déjà dans une période d’essor. Selon les nouvelles statistiques, en 2017, les ventes annuelles de vêtements pour enfants de Zhili ont dépassé les 50 milliards de yuans, représentant 50 % du marché chinois.

      Un heureux développement

      En 2013, Zhili a investi 20 millions de yuans dans la création du premier centre chinois de design de vêtements pour enfants : le Centre de design de vêtements pour enfants de Zhili. Ce centre comporte des cabinets de travail indépendants destinés aux entreprises de design, des zones de confection d’échantillons, une salle de conférence de presse, un salon de design, une salle multifonctionnelle et d’autres services publics d’accompagnement. Les entreprises proposent leur design et le centre fournit tous les services complémentaires. Actuellement, le centre abrite 20 équipes de design de haut niveau et 240 designers permanents. En 2017, le centre a développé 15 000 modèles de vêtements pour enfants et posté en ligne 93 000 publications sur la mode. Le centre est devenu le berceau de la mode et des marques de vêtements pour enfants.

      ? Nous créons principalement des séries. Une série peut contenir jusqu’à 50 modèles et un modèle peut se vendre jusqu’à 4 000 yuans ?, déclare Huo Runcai, responsable de l’équipe de design Jiuse Yigui (l’armoire aux neuf couleurs). L’équipe con?oit principalement des vêtements en duvet, au rythme d’une collection par mois. Huo Runcai raconte : ? J’ai revendu tout le matériel de production de l’ancienne entreprise car le centre nous fournit du matériel gratuit. Désormais, nous nous consacrons au design. Nous avons établi des coopérations avec des grandes marques telles que Disney et Nishimatsuya. ?

      à l’ère de l’explosion du commerce en ligne, Zhili, s’appuyant sur son industrie traditionnelle de vêtements pour enfants, développe petit à petit son marché sur Internet. En 2017, ses ventes en ligne se sont élevées à sept milliards de yuans. En 2012, Zhili et Alibaba ont établi une coopération stratégique qui a donné naissance à la ceinture industrielle Alibaba-Zhili. Zhili est donc devenu la première ceinture industrielle chinoise à adhérer à la plate-forme Alibaba. Au deuxième trimestre de l’année 2018, la ceinture industrielle de Zhili abritait 4 725 commer?ants. Dans les villages de Dahe, de Hexi et de Qinjiagang, rattachés au bourg de Zhili, les machines à coudre ont été remplacées par des ordinateurs. Ces villages sont désormais considérés comme des ? villages de Taobao ?. Fin 2017, ils comptaient environ 2 000 entreprises d’e-commerce.

      Ma Weizhong est un des premiers commer?ants de vêtements pour enfants à Zhili. Il est aussi le premier à s’être lancé dans le cybercommerce transfrontalier. Son entreprise BYCR exporte des vêtements pour enfants à l’étranger par le biais de la vente en ligne. ? Avant, notre entreprise a essayé le modèle d’exploitation “magasin et usine 2 en 1”. Je me revois encore en train d’emballer des vêtements, accroupi devant le magasin ?, confie-t-il. Actuellement, BYCR a créé son département de cybercommerce et sa propre plate-forme de commerce en ligne, ce qui lui permet d’exporter ses produits vers plus de dix pays et régions du monde. L’entreprise a également ouvert des filiales de design dans des métropoles chinoises de premier rang. Aujourd’hui, elle gère huit sites Internet de commerce en ligne à l’étranger et ses ventes dépassent 1 000 dollars par jour.

      Pour son développement, Zhili a déjà des projets, notamment la création de l’Institut de vêtements pour enfants de Chine rattaché au Collège technique et vocationnel de Hangzhou, afin de former des talents spécialisés à l’industrie de vêtements pour enfants de Zhili ; il compte fonder un parc d’une superficie de 1 000 mus pour accueillir les sièges des plus grandes entreprises de vêtements pour enfants afin d’attirer les investissements à l’échelle nationale en rassemblant à Zhili les plus grandes marques chinoises de vêtements pour enfants. Cela devrait également permettre d’accélérer la transformation de l’industrie de Zhili en une industrie de pointe. Enfin, la construction d’un parc logistique de vêtements pour enfants qui doit répondre aux besoins de gestion intégrée de Zhili est également prévue. Le but est d’en faire une base moderne de stockage et de logistique de grande envergure qui soit reconnue en Chine et dans le monde entier.

       

      Un concours de mode de vêtements pour enfants

       

      Les ? enfants d’entrepreneurs ? créent de nouvelles industries intelligentes

      à Zhili, il existe un groupe particulier : les ? enfants d’entrepreneurs ?. Leurs parents sont des entrepreneurs qui ont réussi mais ces enfants ne veulent pas profiter sans effort de la réussite de leurs parents. Ils souhaitent suivre leur propre voie en restant indépendants. Ils refusent qu’on leur colle l’étiquette de ? gosses de riches ? et préfèrent se faire appeler ? enfants d’entrepreneurs ?.

      Pendant l’été de l’année 2017, l’entreprise Zhejiang Tony Electronic Co., Ltd (Tony tech) a fait son entrée à la Bourse de Shanghai. Il y a 17 ans, Shen Xinfang et son fils Shen Xiaoyu ont créé une entreprise de vêtements tricotés. Aujourd’hui, ils produisent des fils électriques d’alliage ultra-fins.

      Tony tech a été fondée sur la base de l’usine de pulls Dachao Knitted Garment, créée en 2001 par Shen Xinfang et Shen Xiaoyu. à l’époque, l’industrie du vêtement n’était pas très florissante dans le pays, mais grace à une grande rigueur, Dachao Knitted Garment pouvait quand même maintenir une croissance annuelle de 4 % de sa valeur de production et avait été choisie comme fournisseur par beaucoup de marques très connues. De ce fait, son volume de production était passé de quelques centaines de milliers de pièces à 1,2 million de pièces, et les ventes avaient atteint plusieurs dizaines de millions de yuans.

      Pendant une visite en Corée du Sud, Shen Xinfang a encouragé Shen Xiaoyu à établir un plan de transformation de l’entreprise pour produire des fils électriques d’alliage. Le concept de production lui a donc été transmis par son père.

      ? En 2005, je suis allé en Corée du Sud en voyage d’affaires et là-bas j’ai entendu parler pour la première fois des fils électriques d’alliage ultra-fins. Les perspectives de cette industrie m’ont semblé attractives et j’ai souhaité me tourner vers ce secteur ?, raconte Shen Xiaoyu. Sachant que le prix d’importation de ce genre de fils électriques était très élevé, il a eu envie de se battre pour faire honneur au Made in China. Mais pour cela, il fallait que son entreprise opère une transformation intersectorielle vers la fabrication intelligente.

      Shen Xiaoyu est plus avare de paroles que son père, mais il a un caractère sérieux et zélé et son père a décidé de soutenir son plan de transformation de l’entreprise. D’après Shen Xinfang, lorsque l’entreprise fabriquait encore des pulls, Shen Xiaoyu était chargé de la recherche et du développement des produits, du contr?le des techniques et de l’élargissement du marché. ? La recherche et le développement des produits m’intéressent. D’ailleurs, aujourd’hui, c’est encore moi qui m’en charge ?, raconte Shen Xiaoyu.

      Vu la tendance mondiale de l’évolution de l’industrie du vêtement caractérisée par des bénéfices de moins en moins intéressants, le père et le fils ont eu raison de transformer leur entreprise qui reposait sur une forte main-d’?uvre en une entreprise qui repose sur un modèle de production automatisée.

      Les fils diamantés, un type de fils électriques d’alliage, sont destinés à la fabrication d’écrans de téléphones portables haut de gamme. Les concurrents étrangers qui fabriquent ce produit proposent des modèles de 0,1 mm d’épaisseur tandis que Tony tech peut atteindre une épaisseur de 0,06 mm. Et c’est à l’esprit d’entreprise, guidé par l’idée que ? la fabrication intelligente change l’avenir ?, que l’on doit cette réussite. à l’heure actuelle, Tony tech est le principal fournisseur de géants mondiaux tels qu’Apple, Siemens, Tyco et ABB.

      Si Tony tech est aujourd’hui un symbole de la réussite, l’entreprise a rencontré beaucoup de difficultés au cours de sa transformation. Pour rompre le monopole des entreprises étrangères, elle a développé elle-même une cha?ne de production automatisée de fils diamantés. Le directeur Shen Xiaoyu et l’équipe de recherche et de développement ont finalement fabriqué leurs propres équipements autonomes à Shanghai. Le co?t de leur équipement s’élève à 700 000 yuans alors que le prix d’importation d’un équipement japonais de même niveau atteint les 5 millions de yuans.

      Concernant la fabrication intelligente, d’un c?té, l’entreprise gère strictement ses comptes et de l’autre, elle sait être généreuse. Ces dernières années, elle a investi 48 millions de yuans dans la création d’une plate-forme de fabrication intelligente. ? Dans le contexte de la mondialisation, rétablir la compétitivité du made in

      China tient de la responsabilité de tous les fabricants. La fabrication intelligente change l’avenir. Nous devons continuer à rendre notre cha?ne de production plus intelligente ?, conclut Shen Xinfang.

      Partager:

      Copyright ? 1998 - 2016

      今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号

      网赌重庆时时彩有假吗
    3. <bdo id="ssrj8"><strong id="ssrj8"><thead id="ssrj8"></thead></strong></bdo>

      <bdo id="ssrj8"></bdo>
      <bdo id="ssrj8"><strong id="ssrj8"><thead id="ssrj8"></thead></strong></bdo>
      1. <bdo id="ssrj8"><dfn id="ssrj8"></dfn></bdo>
        <tbody id="ssrj8"><div id="ssrj8"></div></tbody>
        <tbody id="ssrj8"></tbody>

      2. <menuitem id="ssrj8"><optgroup id="ssrj8"><thead id="ssrj8"></thead></optgroup></menuitem>
        <track id="ssrj8"><source id="ssrj8"></source></track>
      3. <bdo id="ssrj8"><strong id="ssrj8"><thead id="ssrj8"></thead></strong></bdo>

        <bdo id="ssrj8"></bdo>
        <bdo id="ssrj8"><strong id="ssrj8"><thead id="ssrj8"></thead></strong></bdo>
        1. <bdo id="ssrj8"><dfn id="ssrj8"></dfn></bdo>
          <tbody id="ssrj8"><div id="ssrj8"></div></tbody>
          <tbody id="ssrj8"></tbody>

        2. <menuitem id="ssrj8"><optgroup id="ssrj8"><thead id="ssrj8"></thead></optgroup></menuitem>
          <track id="ssrj8"><source id="ssrj8"></source></track>
          香港六合彩直播危害地区经济 曾道人一码中特资料 北京时时彩是官方 好运快3是工作吗 急速赛车开奖官网168 15选5复试投注奖金对照表 白小姐图库总站 福彩3d试机号 今天福建快三开奖结果查询结果 老幻想中彩票 体彩河南快赢481走势图 香港赛马会资料群 六肖中特期期准王中王2019年 安徽快3基本走势图分析 中国彩票网站加盟